Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /home/clients/2f1fd58161013f2bcd3e89bad5c74623/web/master_admin_script/class.conectdb.php on line 18
www.iadl-job.com - l'interface entre les candidats et les recruteurs
21 octobre 2019
Formation Recrutement Services et Assistance RH Gestion du changement Communication interne Etudes & Conseils Nous Contacter

L'article en détail


Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home/clients/2f1fd58161013f2bcd3e89bad5c74623/web/fr/articles-fiche.php on line 369
 
EDF TOUTELEC: ENTRETIEN AVEC LE PDG Parfait BIBANG
EDF TOUTELEC: ENTRETIEN AVEC LE PDG Parfait BIBANG
 

EDF TOUTELEC est un SA au capital social de 300.000.000 F CFA, créée en 2002 par Parfait BIBANG qui en est le PDG. L’entreprise compte aujourd’hui 212 salariés dont 187 permanents, 12 cadres supérieurs, 13 ingénieurs. M. BIBANG nous présente dans cette entrevue les grandes orientations et la vision qu’il a de l’entreprise






IADL : Vous êtes le Président Directeur Général de l’entreprise, vous l’avez créée. Quelle est la petite histoire de la naissance d’EDF-TOUTELEC ?

M. BIBANG : J’étais ingénieur dans la production à la SEEG et j’ai noté des manquements énormes, j’ai compris que la SEEG ne pouvait pas tout faire, et ne pouvait pas vivre sans de solides sous-traitants qui soient capables de prendre le relais sur certaines activités et certaines spécialités métiers. Cette PME a été construite pour satisfaire ce besoin. J’ai voulu créer une structure de référence pour la compétence Gabonaise dans le génie de l’eau et de l’électricité.

IADL : Quelle est donc la philosophie de EDF-TOUTELEC : votre vision, la mission que vous vous êtes assignées, vos ambitions ?

M. BIBANG : Ce qui m’intéresse c’est d’avoir une entreprise qui dure cent ans. Et qu’elle soit citoyenne.

IADL : Citoyenne, comment dans votre cas ?

M. BIBANG : Qu’elle soit une référence au niveau national mais surtout sous-régional et continental. Qu’elle permette qu’on voit le Gabon et les Gabonais différemment, en termes de compétences et de savoir-faire. Nous voulons pouvoir créer une expertise reconnue « Made in Gabon » et l’exporter comme telle.

IADL : Comment comptez-vous vous y prendre pour développer ce label. Que feriez-vous que les autres ne font pas ?

M. BIBANG : Justement, j’allais y venir. C’est clairement dans ce sens que nous allons avec notre projet de construction d’une usine de fabrication de transformateurs de courant électrique. En réalité, ce n’est même plus un projet, puisque les bâtiments seront livrés en septembre prochain (2011). Et la production, après les phases d’essais et de tests, débutera en avril/mai 2012.

IADL : En quoi ce projet améliorerait-il l’image du savoir-faire Gabonais ? ou même simplement développerait-il une expertise technique "made in Gabon" ?

M. BIBANG : Les transformateurs, ici et ailleurs en Afrique, même au Maghreb (à part la Tunisie), on ne les fabrique pas, on les importe. Quand nous avons fait la présentation de ce projet, beaucoup de pays sont venus voir ce que nous comptions construire. Le Maroc, la Tunisie, le Cameroun ou encore la Turquie étaient là pour voir s’il y avait une offre plus près et à moindre coût, ne serait-ce qu’en termes de délais de livraison. Par exemple, lorsque la SEEG a besoin d’un transformateur électrique, ils le commandent en France, et ça prend six mois pour arriver ici, juste pour les temps d’expédition. Et ce sont des transformateurs déjà montés. Nous, une fois opérationnels, ça ne nous prendra que huit jours pour livrer le Cameroun par exemple.

IADL : Seulement huit jours ?

M. BIBANG : Seulement huit jours. évidemment, nous opérerons sous licence d’une entreprise dont l’expertise est reconnue déjà. Vous comprenez donc bien que ce soit plus avantageux pour le Cameroun et les autres voisins, même du Maghreb, de venir s’approvisionner chez nous.

IADL : Y aura-t-il une clause qui assure le transfert de technologie à l’issue du projet ? Car on suppose que nous ne l’avons pas ici, la technologie pour construire nous-mêmes des transformateurs.

M. BIBANG : Non, en effet. Nous ne l’avons pas. Mais nous avons signé des conventions de partenariats avec des structures en Europe qui l’ont, en France notamment, qui vont donc fournir des ingénieurs pour venir travailler dessus. Chacun de ces experts expatriés aura un contrat de deux ans et travaillera avec un homologue Gabonais à former. Nous allons donc les mettre en binômes afin de développer les compétences et l’expertise de nos ingénieurs locaux.

IADL : Ces ingénieurs font-ils déjà partie des effectifs de EDF-TOUTELEC ?

M. BIBANG : Pas forcément. En septembre prochain, à la livraison des bâtiments de la future usine, nous allons lancer une campagne de recrutement des équipes de l’usine (ingénieurs et techniciens).  L'usine fonctionnera en entité juridique distincte d’EDF-TOUTELEC (sous son contrôle, cependant), il lui faudra donc son propre personnel. Nous enverrons les ingénieurs que nous aurons recrutés en formation en France pendant trois mois, afin qu’ils soient prêts pour les tests et la production.

IADL : Où sera implantée cette usine ?

M. BIBANG : L’usine sera implantée à OKOLASSI

IADL : Une entreprise qui vous sert de référence, aussi bien au niveau national qu’international ?

M. BIBANG : EDTE (l’ancien SOGEC)… pour leur autonomie mais surtout leur longévité, car comme je l’ai déjà dit tout à l’heure, moi je veux une entreprise qui dure cent ans !

IADL : Des projets alors d’agrandissement ou de renforcement dans ce sens ? Hors projet de l’usine de fabrication des transformateurs, évidemment.

M. BIBANG : Déjà EDF-TOUTELEC a vocation à être un groupe qui fonctionnera un peu comme une holding qui détiendra une part majoritaire dans les différentes entités qui émaneront d’elle. La gestion des ressources humaines restera quelque peu centralisée au niveau du groupe, ainsi que le contrôle financier, mais chaque entreprise du groupe sera tout à fait autonome opérationnellement.

Nous avons également le projet de construction d’un siège social, un immeuble de 4 étages où il y aura, j’y tiens, un centre de formation de 90 places. Car pour l’instant, si nous avons signé des partenariats pour les domaines techniques dans le cadre desquels nous enverrons nos agents en formation à l’étranger, nous souhaitons qu’à terme les formations se passent ici dans notre centre au siège social. Or nous ressentons également le besoin de former nos personnels administratif. Ce centre sera donc important.

IADL : Un mot libre pour finir ?

M. BIBANG : Mais non on  ne va pas « finir », je vous invite à voir des détails avec notre DRH. Sachez simplement qu’on a fait du chemin depuis 2002, et nous souhaitons maintenant confirmer notre volonté de leadership parmi les entreprises Gabonaises comme référence en matière d’expertise en génie de l’eau et de l’électricité. Nous devons accumuler de l’expérience et du savoir-faire technologique et l’exporter, vendre du « Made in Gabon ».

 
    
Rubrique : INTERVIEW DIRIGEANTS
 
 
    
 

Réagir à l'article

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée dans le site IADL JOB
cryptographe
cryptographe

Vos réactions | 0 réaction(s)

 
Aucune réaction pour le moment
 
www.iadl-job.com - © IADL-JOB 2009
Accueil Qui sommes-nous Inscription candidats Inscription recruteursContact Conditions générales d'utilisation Mentions légales
Création du site par : Création site internet - Graphisme - Site minute